Partager cet article

La Maison Revivre:
40 ans d'accueil, de partage et d’aide à une clientèle dans le besoin.

Le 18 octobre '18
Ci-dessus, M. Martin Maurice, directeur général de la Maison Revivre // Crédit photo: Étienne Dionne

 

La Maison Revivre, dont le principal service consiste en l’hébergement d’hommes en situation précaire, a pour but de susciter chez ces derniers un désir de se reprendre en main, d’atteindre une certaine autonomie et de se réinsérer dans le tissu social. Nous avons rencontré la directrice adjointe, Sabica Senez, qui nous a dressé le portrait de la Maison.

 

Maison Revivre a été fondée en 1978 par Colette Samson, une femme d’affaires très croyante qui, après le décès de son mari, a cherché à donner une nouvelle direction à sa vie. Profondément touchée par les détenus de la prison d’Orsainville qu’elle a visitée en 1974, elle a par la suite décidé d’ouvrir les portes de son propre appartement, situé dans le quartier Saint-Roch, aux hommes en situation d’itinérance. Le logement s’est vite avéré trop petit pour répondre à la demande toujours grandissante.

 

L’édifice actuel de l’organisme, sis au 261 de la rue Saint-Vallier Ouest, était à l’origine un hôpital tenu par des religieuses. Grâce à leur soutien, Colette Samson a fait l'acquisition de cet immeuble en 1986 et a poursuivi sa mission dans le quartier Saint-Sauveur : venir en aide à un plus grand nombre d’hommes dans le besoin.

 

Donner gratuitement ce qui est reçu gratuitement

Ce qui est particulier à la Maison Revivre, c’est que, d’une part, l’équipe de travail est seulement constituée de bénévoles qui sont pour la majorité d’anciens résidents. Pour la plus grande partie de l’équipe, l’organisme est donc devenu un milieu de travail aussi bien qu’un milieu de vie.

 

              Ci-dessus, Mario Croteau, André Paquet, Mo le chien, Martin Maurice, Paul Blouin et Michel Blouin // Crédit photo: Étienne Dionne

 

D’autre part, d’un point de vue financier, la Maison existe uniquement grâce aux dons. En effet, l’un des souhaits de Colette Samson était de n’être financée par aucune subvention gouvernementale, mais plutôt de vivre de dons qui proviennent autant de donateurs particuliers que d’entreprises et de communautés religieuses qui lui permettent d’offrir des services gratuits. Maison Revivre compte d’ailleurs parmi ses partenaires des commerces du quartier, dont le Royaume de la tarte et le Métro Ferland.

 

Il n’existe pas de dernière chance

Les hommes qui se présentent à la Maison Revivre peuvent rester de quelques jours à quelques mois et sont logés, nourris, et vêtus. L’organisme travaille étroitement avec ses partenaires afin de proposer des services qui dépassent les services de base : écoute, accompagnement, orientation vers les ressources appropriées, consultations avec la Clinique communautaire et de santé SPOT tous les jeudis après-midi et bien plus. La soupe populaire est également servie les trois dernières semaines du mois et de l’aide alimentaire est fournie à tous les visiteurs le troisième jeudi de chaque mois à 10h pour les familles et à 11h pour les personnes sans enfant à charge.

 

S’ouvrir aux échanges

Pour Sabica, la Maison Revivre marque sa place dans Saint-Sauveur. Plusieurs écoles découvrent l’établissement chaque année et l’organisme souhaiterait augmenter ce genre de visites, de même que voir plus de gens du quartier venir partager un dîner avec les résidents. Ce travail formidable de soutien et d’insertion de longue haleine contribue à combattre les préjugés malheureusement trop souvent reçus à l’égard de cette clientèle.

 

Pour joindre la Maison Revivre

 

Adresse: 261 Rue Saint-Vallier O, Québec, QC G1K 1K4

Téléphone: 418-523-4343

Site web: http://maisonrevivre.weebly.com/

Courriel: maison.revivre@gmail.com