Partager cet article

Une boutique aux affaires fleurissantes

Le 15 janvier '20
Crédit photo de l'article : Étienne Dionne

Bien niché sur la rue Saint-Vallier Est, un petit, mais lumineux local abrite une véritable oasis verdoyante. Fondé en 2016 par les passionnées (et très occupées) comparses Thalie et Andréanne, Jardins Vitrum Hortis vaut absolument le détour!

 

Faites pour s’entendre
Fleuristes aguerries, Andréanne et Thalie se sont rencontrées alors qu’elles
travaillaient toutes deux chez un fleuriste. Elles ont pris le temps d’un instant des
chemins différents – Thalie occupée avec l’entreprise des Jardins de verre – avant de se
retrouver et de s’allier afin de faire grossir le commerce avec Andréanne. Réunies par
l’amour des fleurs et des plantes ainsi qu’un désir de travailler pour elles-mêmes, elles
joignent leurs énergies, ajoutent la fleuristerie en général aux jardins de verre et se
lancent dans l’évènementiel. Leurs créations se retrouvent tant dans des mariages que
dans des évènements corporatifs.

 

 

De véritables passionnées

            Une chose est certaine lorsqu’on entre aux Jardins Vitrum Hortis, c’est le cœur qui anime cette boutique du 201 Saint-Vallier Ouest! Que ce soit les arrangements floraux minutieusement préparés, les bouquets de fleurs colorés, les jardins de verre ou encore les pots suspendus un peu partout dans le local, tout a été soigneusement élaboré avec passion. En plus de tout cela, les deux entrepreneurs, comme leur clientèle, accordent beaucoup d’importance aux plantes. C’est d’ailleurs elles qui, la majorité du temps, se déplacent afin de choisir les variétés qui viendront prendre place en boutique parmi la jolie sélection de cache-pots que l’on y trouve.

 

« S’il y avait un problème sur une navette spatiale, j’enverrai un fleuriste ! »

La fleuristerie, c’est du sport. Andréanne énumère les longues heures debout, la gestion des différentes préférences des fleurs (périssables, il ne faut pas l’oublier), l’installation d’évènement perché sur des échelles durant 3 heures, ou encore à -30 degrés Celsius l’hiver, les blessures sur les mains, et j’en passe. La débrouillardise est de mise, quand on est fleuriste! L’infinité des possibilités d’apprentissage et de perfectionnement en font un vieux métier en constante évolution. Des cours et des formations intensives sont prodigués de New York à Hawaii et de nouvelles techniques ne cessent de paraître.

 

Saint-Sauveur, leur quartier d’amour

Outre l’amour des fleurs, c’est l’amour du quartier Saint-Sauveur qui ressort de notre discussion avec les entrepreneures. Un quartier qu’elles qualifient de bien-vivant, grouillant, dont l’essence chaleureuse et accueillante le distingue des autres quartiers. L’ambiance familiale et les petits commerces qui s’encouragent et se tiennent serrés rendent l’endroit vibrant. Central, pratique quand on est à pied, ce qu’elles aiment le plus de leur quartier, ce sont les gens. Des gens qui ont du cœur, comme elles disent. Il faut préciser toutefois que leur lumineux local est visité tant par les réguliers du coin que par des curieux des quatre coins de la ville.

 

Pour les intéressé.e.s qui ont envie de se salir un peu les mains, Thalie et Andréanne donnent des ateliers de conception de jardin de verres, ouverts à toutes et tous, petits et grands. Tout le monde crée son propre montage et c’est habituellement une bonne partie de plaisir. Les dates sont annoncées sur les réseaux sociaux, donc ouvrez l’œil!