Partager cet article

L’Intermarché, une entreprise fidèle à ses valeurs

Le 12 décembre '19
Crédit photo de l'article : Étienne Dionne

Bien implanté dans le paysage de Saint-Sauveur, l’Intermarché en a vu passer, des générations. François Lamontagne, le propriétaire, a bien voulu nous ramener un peu dans le temps et nous dresser un portrait de sa carrière dans le commerce de l’alimentation. 

 

Un brin d’histoire

Dans le domaine depuis 1975, François Lamontagne a commencé comme emballeur parallèlement à ses études en administration. Quelques années plus tard, en 1986, il décide de se lancer en affaires et d’acheter un dépanneur Provi-soir, sur la Rive-Sud de Québec. Comme il trouve l’espace trop petit, il tâte le terrain pour devenir propriétaire d’un Provigo. On lui indique qu’il y en a un à vendre au cœur de Saint-Sauveur, ce quartier qui est encore le sien aujourd’hui. La bâtisse et les équipements sont délabrés, mais monsieur Lamontagne est un homme déterminé, et il s’embarque tout de même dans cette aventure. Il qualifie les premières années de très difficiles, mais sa persévérance paie et, en 1992, il choisit de passer de la bannière Provigo à celle de l’Intermarché. Presque 30 ans plus tard, toujours heureux propriétaire, on peut dire que c’était une bonne décision! 

 

La clientèle du milieu urbain

Depuis qu’il s’est établi dans Saint-Sauveur, monsieur Lamontagne en a vu de toutes les couleurs. Desservir un milieu urbain a des avantages : la clientèle de proximité est très dense, ce qui favorise la fidélisation des consommateurs et permet de mieux comprendre et de suivre leurs besoins; mais présente aussi des désavantages : quand l’économie du quartier va mal, tout va mal! À cet effet, les années 1990 ont été, paraît-il, assez rock and roll. La pénurie d’emplois s’est fait lourdement ressentir, faisant en sorte que le quartier était un peu moins sécuritaire pendant un moment. Heureusement, l’évolution du climat économique a amené son lot de changements positifs, redonnant au voisinage son ambiance bien à lui. 

Sa priorité : l’éducation!

Les premières questions que le propriétaire de l’Intermarché pose aux jeunes qu’il engage sont entre autres, « Comment ça va à l’école? », « Où es-tu rendu? » et « Combien de temps es-tu prêt à travailler sans que cela nuise à tes études? ». Considérant que ce qui lui a manqué, durant son parcours, est un mentor pour le guider, c’est ce qu’il tente de devenir pour ses employés. L’important, pour lui, c’est de les pousser à s’investir dans leur avenir. Le service à la clientèle est souvent un moyen efficace de s’ouvrir aux autres et de s’outiller pour grandir. François Lamontagne se fait donc un point d’honneur de les encourager et de leur prodiguer des mots de motivation.  

 

Fidèle depuis le début

Fait intéressant, François Lamontagne a participé à la mise en place de la SDC Saint-Sauveur. Elle s’appelait, au début des années 1990, l’Association des gens d’affaires de Saint-Vallier Ouest, et il en a même été le président. D’ailleurs, il a également été président de la SDC actuelle pendant quelques années; on peut vraiment dire que le propriétaire de l’Intermarché a à cœur le bien-être de son quartier!